Quels sont les rôles essentiels des managers et dirigeants selon Henry Mintzberg ?

  • Management en général
  • 24 Juillet 2020
  • Aucun commentaire

Selon Henry Mintzberg, voici les rôles essentiels des managers et dirigeants1 :

  1. Les rôles interpersonnels
  2. Les rôles décisionnels
  3. Les rôles informationnels

Les rôles interpersonnels peuvent se subdiviser en trois catégories découlant de l’autorité formelle ou du statut officiel du manager ou du dirigeant, à savoir :

  1. Le rôle de figure de proue
  2. Le rôle de leader
  3. Le rôle de liaison

Dans le rôle de figure de proue, le président d’une société peut par exemple participer à des tâches cérémonielles comme accueillir des dirigeants étrangers de haut rang. Un directeur commercial peut quant à lui être amené à déjeuner avec des clients importants ou des fournisseurs.

Dans le rôle de leader, les managers et dirigeants sont par exemple amenés à recruter, à motiver, à soutenir, à améliorer le bien-être au travail ou encore à évaluer les performances des personnes dont ils ont la responsabilité.  

Dans le rôle de liaison, les managers et dirigeants sont amenés à entretenir des relations sociales, qu’elles soient formelles ou informelles, avec les subordonnés, les supérieurs hiérarchiques, les clients, les partenaires commerciaux, les pairs appartenant à des organisations semblables, les représentants administratifs ou politiques, etc. En effet, les managers et dirigeants peuvent parfois passer près de la moitié de leur temps à entretenir des relations avec des personnes extérieures à l’organisation.

Les rôles informationnels peuvent se subdiviser en trois catégories, à savoir :

  1. Le rôle de moniteur
  2. Le rôle de diffuseur
  3. Le rôle de porte-parole

Dans le rôle de moniteur, les managers et dirigeants recherchent et reçoivent des informations en s’appuyant sur plusieurs sources (par ex. : magazines d’actualités sur l’industrie, revues scientifiques, rapports des collaborateurs, réseaux de contacts à l’intérieur et à l’extérieur de l’organisation). Parfois, voire souvent, ils reçoivent des informations non-sollicitées, que ce soit des ragots, des rumeurs ou des spéculations. Quoi qu’il en soit, ils doivent rassembler, analyser et trier les informations, le but étant de séparer le bon grain de l’ivraie.

Dans le rôle de diffuseur, une fois les informations traitées et synthétisées, les managers et dirigeants vont les transmettre directement à leurs collaborateurs lors de conversations en face-à-face, par méls, par téléphone ou par les tous moyens de communication jugés pertinents pour diffuser les bonnes informations aux bonnes personnes.

Dans le rôle de porte-parole, il s’agit pour les managers et dirigeants de donner des conférences, publiques ou privées, en vue par exemple de défendre une idée ou une cause, d’informer les membres de l’organisation de l’évolution de la stratégie ou des projets, d’informer les actionnaires et les investisseurs sur l’état des finances de l’entreprise, de convaincre les consommateurs du respect des normes sociales et environnementales dans la fabrication des produits ou encore d’apporter des preuves aux représentants administratifs et politiques que les règles et les lois ont bien été respectées pour atteindre les objectifs organisationnels.  

Enfin, les rôles décisionnels peuvent se subdiviser en quatre catégories, à savoir :

  1. Le rôle d’entrepreneur
  2. Le rôle de gestion de crises
  3. Le rôle d’allocateur des ressources
  4. Le rôle de négociateur

Dans le rôle d’entrepreneur, les managers et dirigeants ont pour objectif de développer des stratégies pour améliorer l’efficacité de leur unité ou celle de l’organisation dans son ensemble et de superviser la mise œuvre des objectifs stratégiques. Il s’agit par exemple de lancer de nouveaux projets, d’élargir la gamme de produits ou services, d’améliorer la qualité ou la rapidité de fabrication des produits, d’optimiser les processus organisationnels, d’améliorer la situation financière de l’entreprise ou encore de restructurer des départements inefficaces.

Dans le rôle de gestion de crises, il s’agit de gérer au mieux des changements radicaux et imprévisibles même si parfois, un certain nombre d’événements auraient pu être évités avec de bonnes stratégies et des décisions plus judicieuses. Cependant, lorsque la crise est là, il faut faire avec et la gérer comme on peut. Les managers et dirigeants se doivent d’être résilients. Ils doivent être en mesure de réagir rapidement et de trouver des solutions pour réduire les dégâts, voire de ressortir encore plus fort de la crise en innovant et en s’assurant d’établir des stratégies efficaces pour qu’une crise similaire ne se reproduise plus.

Dans le rôle d’allocateur des ressources, il s’agit pour le manager ou le dirigeant de déterminer qui obtiendra quoi, quand, combien, comment et pour quelles raisons. Les ressources sont rares et doivent être utilisées à bon escient. Souvent, dans les organisations, la demande dépasse l’offre, et malheureusement, certaines personnes peuvent se sentir lésées de ne pas avoir obtenu satisfaction. Chaque unité ou département a des réclamations. Les décideurs doivent faire des choix difficiles quant aux ressources financières, matérielles et humaines à allouer, et ce, tout en essayant de satisfaire le plus grand nombre.

Dans le rôle de négociateur, les managers et dirigeants sont très régulièrement amenés à négocier avec les employés, les fournisseurs, les clients, les syndicats, etc.

Références

1. Bright, D. S., Cortes, A. H., Hartmann, E., Parboteeah, K. P., Pierce, J. L., Reece, M., … & Gardner, D. G. (2019). Principles of Management. OpenStax, Rice University ; Mintzberg, H. (1990, March-April). The Manager’s Job: Folklore and Fact. Harvard Business Review. https://hbr.org/1990/03/the-managers-job-folklore-and-fact